La drachme de Cheverny - 2

Un berger a découvert, le 20 mai 1827, un trésor de monnaies antiques, suite à l’assèchement de l’étang de la Rousselière.
Une partie des monnaies a disparu, mais le grand numismate (1) en récupéra 48 sur le fumier d’une cour de ferme : 3 deniers républicains romains et 45 monnaies gauloises antérieures à la guerre des Gaules. 

La drachme de Cheverny est une monnaie rarissime qui est datée aux environs de 60-50 av. J.-C. La Bibliothèque nationale en possède un exemplaire. Un second a été signalé lors d’une vente aux enchères (CGB-VSO Monnaies 15 du 30-9-2002 : Drachme de Cheverny, lot n° 400). 

La Grenouille”, amatrice de gauloiseries, a retrouvé un 3ème exemplaire très beau il y a quelques semaines chez un collectionneur et s’est empressée de le photographier pour vous. 

Description : 
Drachme (argent) avers et revers sans légende. Diamètre 16 mm - Poids 1,63 g 
Monnaie d'origine attribuée probablement aux Bituriges, tribu gauloise qui donna son nom à Bourges. Mais Cheverny était situé à l'extrême sud du territoire Carnute (tribu qui donna son nom à Chartres).; L'exemplaire ci-contre a été trouvé en 2008 avec un ensemble de monnaies Carnutes et Bituriges sur une voie romaine près de Autray-sur-Juine (45). 
La Drachme était un monnayage d'origine grecque frappé à Marseille depuis sa fondation (justement par les Grecs) et dont beaucoup de tribus gauloises se sont inspirées.
Avers : Tête à droite avec une coiffure ornée
Revers : Cavalier au galop- sous le cheval, un sanglier- deux anneaux pointés devant


(1) Louis de la Saussaye (1801-1878) était un éminent savant à qui l’on doit (entre autres) de nombreux ouvrages sur le Blésois, la Sologne, les châteaux de la Loire... Grand numismate, il fonde en 1835 la “Revue de la numismatique française”. Il est l’auteur de nombreuses études et ouvrages sur les monnaies antiques, en particulier gauloises, qui font encore référence aujourd’hui. Conseiller Général du Loir-et-Cher sous le second Empire, ce grand érudit a résidé à la gentilhommière de Troussay, à Cheverny, de 1828 à sa mort en 1878. 

Sources : 
“Revue de la numismatique française. Mémoires sur plusieurs enfouissements numismatiques découverts dans la Sologne Blésoise”. Louis de la Saussaye, 1836. 
Comptoir Général Financier (CGF), Samuel Gouet, Michel Prieur, Laurent Schmitt - Monnaies XV - 2002 Le duc d’Orléans 

La GrenouilleLa Grenouille n°3 - avril 2009