L’itinéraire Gaston Couté passe par Cour-Cheverny

L’itinéraire Gaston Couté Passe par COUR-CHEVERNY
Gaston Couté et Maurice Lucas en 1889
Seuls les plus anciens se souviennent de Gaston Couté, poête et chansonnier beauceron de la Belle Époque, dont on a commémoré le centenaire de la disparition en juin 2011. 
À cette occasion, deux associations (1) ont proposé aux randonneurs de refaire le voyage que Gaston Couté a effectué à pied en 1899, avec un ami, Maurice Lucas, voyage de près de 300 km à travers la région centre, plus précisément de Saint Ay dans le Loiret, jusqu’à Gargilesse dans l’Indre (au sud de Châteauroux) en passant notamment par Cour-Cheverny. Au cours de cette équipée, Gaston Couté déclame ses textes, le soir, tandis que Maurice Lucas exécute sur le vif des pastels qui sont vendus au cours de la soirée. 
Gaston Couté est né à Beaugency, dans le Loiret, le 23 septembre 1880. Son père était meunier et, très jeune, il est confronté aux règles, coutumes, traditions et rapports de force d’une société rurale fonctionnant sur une organisation sociale et des rapports de classe quasi féodaux qu’il dénonce. 
En octobre 1898, il monte à Paris : premiers cabarets boulevard Rochechouard, puis d’autres... Il n’a pas vingt ans lorsqu’il écrit ses plus beaux poèmes dont L’École, Le Christ en bois, Les Gourgandines ; Il prend souvent alors le pseudonyme de Pierre Printemps ou de Gaston Koutay. 
De 1900 à 1910, il conforte son succès dans les cabarets, se produit au Lapin Agile, l’un des plus célèbres cabarets Montmartrois. Il rencontre notamment Poulbo, Modigliani, Picasso et collabore aux revues «La Barricade» et «La Guerre Sociale» avec des chansons d’actualité. Il décède le 28 Juin 1911 à l’hôpital Lariboisière, d’une phtisie galopante - tuberculose - qui l’emporte en quelques jours. Il avait 31 ans. 
Son oeuvre, conséquente, a été regroupée sous le titre : La Chanson d’un gâs qu’a mal tourné
Pour évoquer son passage dans notre village, Gaston Couté a écrit une chanson qu’il a intitulé «Cour-Cheverny», tout simplement. Vous pourrez écouter cette chanson interprétée par Jean-Louis Bertrand en 1982 (2) sur ce site http://gastoncoute.free.fr//, ou directement en cliquant ici. 
À en croire les paroles, les deux compères ne semblent pas avoir été bien accueillis et d’ailleurs ils ont couché sur la paille ! Gageons qu’en 2011, l’accueil a été meilleur !

Pour en savoir plus rendez vous sur le site : http://www.itineraire-gaston-coute.com/

(1) Association littéraire « Roudon » présidée par François Robin et « Marche » présidée par Raymond Phuez. (2) 0xygene Private Record Editor France : Premier Sillon - Jean louis Bertrand 1982 LP OXY 080 

Le Héron - La Grenouille n° 12 - Juillet 2001