Modeste contribution à l’histoire de la révolution sur nos deux villages

D’abord, un grand bravo pour votre Grenouille que je découvre il y a peu, “La voix de Cheverny & Co”, où l’on apprend plusieurs choses à chaque page dans un style précis et toujours alerte. 
Faisant a priori partie des “& Co” puisque nous ne faisons ni partie de la population municipale ni même des “comptés à part”, le modeste résident secondaire que je suis aimerait cependant ajouter sa petite graine à l’excellente histoire de la Révolution à Cheverny et Cour-Cheverny lue dans le dernier numéro.
Comme disait toujours ma grand-mère quand j’étais petit : “un de vos ancêtres, l’oncle Barthélemy, a peut-être sauvé le château de Cheverny !“ Sans plus de précision… 

Elle disait alors qu’il hantait le grand grenier de la Parpillauderie, qu’il n’était pas gentil, et les enfants n’avaient pas le droit d’y aller ! Bien vu Mamie. En parcourant trop rapidement les mémoires du comte Dufort de Cheverny à sa recherche, je l’ai quand même retrouvé au détour de quelques pages, mon tonton-fantôme, Barthélemy Bimbenet, procureur fiscal, régisseur et homme de confiance du bon comte. Une bonne pâte, en fait… A t’il sauvé le Château ? Rien n’est simple en ces temps troubles, à vous de juger. (Voir p. 396, T1 ; p. 17-18 et p22 du T.2). 

En bref : Barthélemy Bimbenet est né le 11/02/1729 à Courmemin, s’est marié à demoiselle Fromet à Bracieux en 1746, fût notaire (bailli) à Cour-Cheverny et eût 5 enfants. C’est son jeune frère, François, également notaire à Cour-Cheverny, qui s’installa au Château des Robinières et qui eût aussi 5 enfants, dont Félix César, sans doute une des plus vieilles plaques du joli cimetière de Cheverny (1777-1863). L’un de ses fils devint à son tour maire de Cheverny. La famille émigra ensuite à la Parpillauderie (acheta puis revendit les Murblins) ; ma grand-mère Marguerite épousa Louis Courtemanche, etc. Aujourd’hui, malheureusement, bien d’autres fantômes ont rejoint l’oncle Barthélemy au grenier de la Parpillauderie, plein à rasbord. Ainsi va la vie. 

Olivier Courtemanche & Co - La Grenouille n°3 - Avril 2009